L’assassin

À contresens il marche le long de la route
La tête baissé et un couteau dans la main
Il sent couler sur lui les veines du destin
Mais il poursuit sa tâche coûte que coûte

Aveuglé par la pluie et l’éclat des phares
Son cœur bat à en faire craquer ses côtes
Il s’apprête à commettre une dernière faute
A bercer son ennemi d’un ultime écart

Goutte à goutte la rage se mélange au sang
Un flot de vengeance inonde toute son âme
Sa violence tranchante comme une lame
Explose alors au visage du mal-pensant

Son viol achevé il admire sa victime
Tandis qu’un élan malsain l’emplit de grâce
Sa haine assouvie il supprime toutes traces
Et hurle sa joie comme la Reine du crime

Publicités