Le poète

Il écrit tout le soir
Dans son cahier de vers
Il y cache ses déboires
Et y verse son désert

Il lui sert d’exutoire
Pour vaincre le néant
Y laisser un regard
De son œil noir et blanc

L’instant ou tout bascule
Il peut lire de ses mains
Les cimes du crépuscule,
L’arbre des chiromanciens

Sûr de lui une formule
Se fond dans ses entrailles
C’est elle qui le bouscule
Au fond de ses entailles

Prisonnier de ce charme
Il ne peut en sortir
Qu’en épousant les armes
De son propre délire

Mais sans craindre la larme
Il écrit des symboles
Inouïs dans son vacarme,
Libre il voit sa parole

Publicités